11/04/2014

EVRAS: c'est aussi parler de consentement

Et de la possibilité de dire non.

Du fait qu'il n'y a pas d'obligation à partager de la sexualité, même si on est dans une relation amoureuse.

Une chouette lecture :

http://cafaitgenre.org/2014/04/09/ce-que-jaurais-voulu-entendre-a-15-ans/

 

10:50 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2013

Pour une recherche libre

Le ministre Nollet, dans son projet de décret sur la recherche scientifique, souhaite que l’octroi de crédits publics soit conditionné, dans une certaine mesure, à la prise en compte des « impacts sociaux potentiels ».

 

Le Centre d’Action Laïque, dans le sillage de l’ULB et dans un souci d’une recherche réellement libre, souhaite faire connaître son inquiétude eu égard à cette perspective.

 

Certes, en tant qu’humanistes, nous ne pouvons rester insensibles à deux aspects différents qui sous-tendent toute recherche, à savoir : le principe de précaution et le bénéfice sociétal.

Ces deux aspects ne sont toutefois pas liés à la recherche fondamentale elle-même, mais bien à ses applications concrètes. Pour ce qui est du bénéfice sociétal, il est souvent impossible à un chercheur d’en définir exactement les contours, tant les objets de recherche sont dépendants du contexte d’évolution des connaissances au niveau mondial. Tel n’est d’ailleurs pas l’objet de la recherche fondamentale, qui est de faire évoluer les connaissances de façon globale afin de fournir de nouveaux outils à concrétiser le cas échéant. Auquel cas il y a lieu de prendre en compte le principe de précaution et, éventuellement, de justifier du bien-fondé social des produits développés.

 

Pour le Centre d’Action Laïque, dont le fondement philosophique est le libre-examen, la recherche scientifique doit être libre. Cette liberté est l’essence même du progrès. Mais cela ne peut en aucun cas limiter la liberté de recherche et l’autonomie de la science.

 

Le CAL souhaiterait que le ministre Nollet, dans sa volonté peut-être respectable, éclaircisse sa position – et subséquemment son texte – en fonction des nombreuses demandes émanant de la communauté scientifique.

 

Pierre Galand, président du Centre d’Action Laïque       

 

10:42 Écrit par les moraliens 1030 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/05/2013

Des vêtements éthiques?

A défaut de mieux, une pétition : http://www.ethique-sur-etiquette.org/-Bangladesh-halte-a-l-hecatombe,77-

 

Mais bon, privilégier le commerce équitable et/ou local, c'est sans doute encore plus efficace.

18:47 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/04/2013

Le cours de religion, un dogme à préserver ?

 

Quelle mouche a donc piqué la ministre de l’Enseignement obligatoire ? Sa stupéfiante sortie médiatique de ce mercredi 17 avril à propos d’un « vrai cours de morale » ouvre un champ de spéculation et d’interrogation pour le moins inattendu.

 

 

 

Sur base d’une interprétation toute personnelle – et largement biaisée – d’un rapport de trois constitutionnalistes consultés dans le cadre des auditions du Parlement de la Communauté française sur l’avenir des cours philosophiques (entendez religions + morale), elle réclame la mise en place d’un « cours de morale neutre ». En effet, le cours de morale actuellement dispensé dans l’enseignement officiel serait un cours de « laïcité engagée ». Faudra-t-il solliciter des sémiologues et de fins linguistes pour décoder le message des constitutionnalistes ? Dans les articles de presse qui relatent cette ahurissante proposition, pas un mot n’explique en quoi le cours de morale enseigne la « laïcité engagée » ni même – et surtout - de quoi il s’agit exactement. Idem pour la « morale neutre », concept assez éloigné des notions connues à ce jour.

 

 

 

Les constitutionnalistes ne disent, en réalité, pas exactement les propos qui leur sont prêtés. Certes, une note très fouillée de l’un d’entre eux (Marc Uyttendaele) intitulée « Liberté, neutralité, impossibilité » et présentée au Parlement, acte ceci (article 19, titre 5) :

 

Les décrets de la Communauté française sur la neutralité donnent, nous semble-t-il, une indication sur la réalité de ce qu’est le cours de morale non confessionnelle. En effet, le législateur traite différemment les titulaires de cours généraux et les titulaires de cours de religion ou de morale non confessionnelle. En effet, les premiers sont astreints à respecter un certain nombre de comportements garantissant le respect de la neutralité alors que les autres – et donc les titulaires du cours de morale - doivent simplement s’abstenir de « dénigrer les positions exprimées dans les cours parallèles ». Ceci suffit à démontrer que le cours de morale peut avoir une dimension engagée, fut-ce au sens le plus noble du terme, et qu’il n’a pas le caractère résiduel d’un cours de « morale neutre ».

 

 

 

Une lecture rapide de ce passage de 121 mots extrait des 10.304 que compte la note, pourrait laisser croire à une iniquité, mais c’est un leurre. Car le cours de morale ne peut pas devenir neutre : il l’est déjà. En effet, étant organisé sous l’égide de la Communauté française, il tombe d’office sous le coup de la règle de neutralité. Il ne peut donc en aucune façon être taxé de militantisme.

 

 

 

On notera d’ailleurs avec ironie qu’alors que les organisations laïques, le CAL en tête, réclament régulièrement l’instauration d’un cours de « morale laïque », on leur objecte inlassablement que la Constitution mentionne un cours de morale non confessionnelle. C’est ainsi qu’aux yeux du Pacte scolaire de 1959, ce cours est devenu le lieu d’accueil de tous les élèves dont les parents ne se reconnaissent dans aucune religion – et subséquemment, le premier lieu d’ouverture à l’esprit critique et au rassemblement des idées.

 

 

 

Les trois constitutionnalistes rappellent par ailleurs fort à propos que rendre les cours philosophiques obligatoires est contraire à l’article 2 du premier protocole à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

 

 

 

Que cherche la ministre en rallumant brutalement la guerre scolaire ? Quelle stratégie la pousse à discréditer publiquement un cours de morale donné sous les auspices de l’inspection des services dont elle a la charge, à l’inverse, précisément, de tous les cours de religion ? La seule réponse possible est la suivante : Madame Simonet veut à tout prix sauver son projet de « tronc commun » et prend ouvertement le parti de défendre les vieux piliers confessionnels qui séparent les élèves dès la première primaire en fonction de leur appartenance supposée à un « clan philosophique ». Dans l’océan de prosélytisme religieux que nous connaissons, dont les effets désastreux s’étalent jour après jour dans la presse, est-ce cela qu’on nous propose ? Nous n’osons pas l’imaginer tant ce serait irresponsable. Peut-on à la fois se plaindre de la montée des communautarismes et les entretenir au sein même de notre enseignement ?

 

 

 

Au nom de toutes les organisations laïques, de défense de l’enseignement officiel et du cours de morale, le CAL demande instamment :

 

·         Dans un premier temps, la suppression du caractère obligatoire des cours dits « philosophiques »

 

·         Dans un deuxième temps, l’instauration d’un cours unique, rassemblant l’ensemble des élèves et abordant le questionnement philosophique, la citoyenneté et le fait religieux

 

·         Enfin, que soit étudié, puisqu’on en est là et dans la même logique, la fusion des réseaux afin d’en finir, une fois pour toute, avec une guerre scolaire d’un autre âge ; pour le plus grand bien d’un enseignement de qualité et égalitaire pour tous les enfants.

 

 

 

Yves Kengen

 

Directeur des publications

 

Rédacteur en Chef Espace de Libertés

 

Centre d’Action Laïque ASBL

 


Et vous, vous en pensez quoi?

16:09 Écrit par les moraliens 1030 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/04/2013

I LAIQUE IT !

C'est quoi la laïcité? En deux minutes, une belle approche en clip réalisé pour les Amis de la Morale Laïque de Schaerbeek.

 

http://www.youtube.com/watch?v=cPQ8pwZsWcM

 

Faites tourner l'info

09:47 Écrit par les moraliens 1030 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/03/2013

Monsanto - Colibri

http://www.youtube.com/watch?v=kUNxxXBAAQU

20:49 Écrit par les moraliens 1030 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/03/2013

Faire reconnaître les droits de tous les enfants

Kids Parlement: une voix pour faire reconnaître les droits de tous les enfants; Kids Parlement: een stem voor kinderen met of zonder papieren

URL Courte : https://12595.lapetition.be/

Catégorie : Droits de l'Homme

Kids Parlement est un mouvement qui se bat pour faire reconnaître tous les droits de l’enfant en Belgique.

Nous dénonçons l’absence d’examen de l’intérêt des enfants dans les procédures d’asile et de régularisation.

Nos revendications :

1. les mêmes droits pour tous les enfants : les enfants sans papiers doivent avoir les mêmes droits que les enfants avec papiers.

2. Avant de prendre une décision qui met fin à un droit de séjour, l'office des étrangers doit sérieusement examiner les risques pour les enfants en cas de retour et tenir compte de l'intégration des enfants.

3. L'office des étrangers doit examiner quelles sont les solutions durables pour les enfants concernés avant de décider de mettre fin au séjour de la famille. Dans le cadre de cet examen, l'office des étrangers doit entendre le ou les enfants.

4. L'environnement d'un enfant doit être stable : Fedasil doit veiller à ce que les enfants restent dans un même lieu, afin qu'ils puissent suivre leur scolarité dans la même école, et suivre l'enseignement dans la même langue tout au long de la procédure.

Afin de sensibiliser les citoyens sur les situations difficiles des enfants réfugiés et sans papiers, nous souhaitions organiser toutes sortes d’activités autour des problèmes rencontrés par les enfants migrants et les solutions qui pourraient y être apportés.

Visitez notre page Facebook pour plus d’information ou contactez-nous sur notre adresse e-mail : kids.parlement@gmail.com

Si vous adhérez à nos idées, soutenez-nous en signant la pétition.

Merci de votre soutien !

Pétition sur https://www.lapetition.be/en-ligne/Kids-Parlement-une-voix-pour-faire-reconnaitre-les-droits-de-tous-les-enfants-Kids-Parlement-een-stem-voor-kinderen-met-of-zonder-papieren-12595.html

22:23 Écrit par les moraliens 1030 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/10/2012

Un courrier adressé aux enfants...

 

Chers enfants,

 J'imagine que, comme d'autres enfants, vous vous demandez parfois comment je fais pour fabriquer suffisamment de jouets pour les distribuer aux enfants autour du 6 décembre.

 En fait, comme vous vous en doutez certainement, je demande de l'aide à différentes personnes et ainsi j'arrive à faire briller les yeux des enfants.

 Outre les lutins et lutines qui m'aident beaucoup, je demande aussi parfois de l'aide à des enfants. « A des enfants ? » Cela vous étonne sans doute, mais oui, à des enfants.

 En effet, j'ai remarqué que vous, les enfants, une fois que vous grandissez, vous arrêtez d'utiliser les jeux avec lesquels vous passiez des heures quand vous étiez plus petits. Et je trouve cela si triste tous ces jeux qui dorment dans un coffre, un placard, une armoire ou sur une étagère.

 Alors, je vous demande, chers enfants qui avez des jouets que vous  n'utilisez plus de me les remettre, ainsi, je pourrais les offrir à des enfants plus petits qui eux aussi passeront des heures à y jouer.

 Cela me semble d'autant plus important que la place dans un appartement (ou une maison) n'est pas infinie et qu'à force de trop avoir on ne sait plus ce qu'on possède et à quoi on pourrait bien jouer. Et je vous avoue être un peu inquiet par rapport à l'état de notre belle planète bleue. Ce n'est pas une bonne chose qu'on fabrique des objets s'il y en a déjà qui existent et qu'on n'utilise plus.

 Bref, par cette lettre, je viens vous demander votreaide. Il me semble que certains jeux dorment chez vous et pourraient retrouver une seconde vie et faire briller les yeux d'autres enfants. Je compte sur vous !

 Et surtout, soyez bien sage !

 

Le grand Saint Nicolas

 

Bon, j'avoue, j'ai toujours quelques craintes quand j'entends le grand saint demander à des enfants d'être "bien sages" (comme des moutons? Bee...), mais pour le reste, je suis assez d'accord avec ce qu'il dit. Et puis, rien de vous empêche d'être sages comme des hiboux !

Madame Petit

11:07 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/08/2012

Les jeux olympiques, un idéal?

Voici quelques raisons qui me font ne pas parler des JO aux enfants.

http://www.youtube.com/watch?v=KqmofnyGIgE

Attention, ne vous contentez pas des 5 premières secondes.

 

 

12:17 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/08/2012

Habiter autrement: un cohabitat à Laeken chercher deux familles...

Bonjour tout le monde!

Vous savez peut-être que je suis impliqué dans la création d'un cohabitat à Bruxelles.
Deux lors sont encore disponibles et recherchent activement leurs futurs occupants. Des appartements assez grands (120m² et 150m²) pouvant accueillir des familles avec enfants.

Le projet apportera aux habitants des logements, un grand jardin, un parking vélos avec atelier, une buanderie, une grande salle polyvalente avec un espace pour les plus jeunes, un potager, ... en connaissant ses voisins mais sans forcément tout partager, et en préservant son espace privé.

L'échappée (/www.echappee.collectifs.net), notre futur cohabitat. sera situé à Laeken, rue Drootbeek 22-30. Il s'agira de 18 appartements dans deux bâtiments neufs, autour d'un jardin de 4,2a (ou 420m²). Au rez du bâtiment avant, une salle polyvalente, équipée d'une cuisine et donnant sur le jardin, pourra accueillir des activités de groupe, des repas, des anniversaires, des fêtes dans le respect du voisinage, ... et plein d'autres choses qui restent à imaginer!
Cette salle pourra être modulée pour offrir un espace aux plus jeunes. Jouxtant la salle polyvalente et le jardin, il y aura un espace buanderie d'où on pourra garder un œil sur les enfants occupés à faire des bêtises, euh pardon à jouer.
Le jardin verra pousser une belle végétation et un potager sera cultivé sur le toit du bâtiment arrière.
Au sous-sol, un atelier ainsi qu'un parking pour les vélos.

La construction visera les hauts critères énergétiques, écologiques et économiques qui animent le groupe selon sa charte. Toutefois, si certaines solutions ou préférences mettent le projet en péril... nous y réfléchirons à deux fois! L'Échappée ne sera pas sacrifiée sur l'autel d'objectifs excessifs. La ligne du temps prévoit une réception courant 2015.

Que dire du quartier, de la rue? La rue est assez propre et compte quelques belles maisons mais aussi des anciens bâtiments industriels reconvertis en lofts. Le quartier est timidement en phase de gentrification, un embourgeoisement dont nous souhaitons nous éloigner en restant ouverts sur le quartier et les habitants. Mais de manière bien involontaire, nous y participerons de par notre présence même.
C'est une rue calme, avec peu de circulation et à sens unique dans le sens de la légère montée qui débouche sur le boulevard Émile Bockstael, juste après le square Pouchkine. À proximité, la place Bockstael et la rue Marie-Christine assurent la vie du quartier où les enseignes mêlent exotisme et métissage tout en restant accessibles.
À terme, dans les cinq à dix ans, le site voisin de Tour & Taxis va fortement changer avec un grand parc, des logements, des petits commerces ... Cela va faire une grosse évolution!
La station de métro Pannenhuis est toute proche, les bus de la STIB et De Lijn desservent assidûment la zone.

Tous les détails sont disponibles sur notre site ouèbe (http://www.echappee.collectifs.net/index.php?option=com_c...). À la lecture des aspects financiers, les prix peuvent surprendre car ils comprennent la totalité des frais pour acquérir un logement (CASCO) énergétiquement performant dans un endroit où les voisins se connaissent et bénéficient d'espaces communs. Les finitions, qui seront laissées aux préférences des acquéreurs, représentent un coût estimé à 500€ par m² net. Il est intéressant de savoir que le projet est vendu sans intermédiaire d'agence immobilière, qui en général prend une marge de 15 à 20%. Les logements proposés sont d'autant moins chers par rapport aux prix du marché immobilier conventionnel, en proposant en plus les installations communes (jardin, salle commune, buanderie, etc). Je pourrai répondre à toutes les questions qui apparaissent.

Bon, d'accord, cela ne vous intéresse peut-être pas, mais qui sait, un proche ou une connaissance serait peut-être tenté de rejoindre l'échappée? Nous recherchons deux ménages de préférence, nos futurs voisins. N'hésitez pas à faire circuler ce message, merci d'avance! Et si ce message n'a rien à voir, je m'excuse d'avoir pris un peu de votre temps.En tout cas je vous souhaite tout le meilleur, que vous soyez déjà rentrés, partis ou tout simplement restés ici, en attendant la canicule belge.

À bientôt,

Madame Petit

20:47 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/07/2012

Y a-t-il des logos sur vos vêtements ?

Une bande dessinée de Calvin et Hobbes (Bill Watterson) pour réfléchir un peu...

 

nologo.jpg

13:50 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2012

Fuite à la centrale nucléaire de Tihange. Mais dormez, tout va bien...

Ce matin, à la radio, j'entends l'information suivante: il y a une fuite dans la centrale nucléraire de Tihange. Mais ne vous inquiétez pas, tout va bien, tout est géré.

Sauf la fuite d'information qui de La Libre, est relayée par la RTBF et j'imagine les autres médias.

Sauf que cette fuite sans importance, cela fait plus de 6 ans qu'elle existe et que les responsables de Tihange n'ont pas encore été capables de la réparer (ou n'ont pas jugé utile de la réparer, ni de relayer l'information au public, des fois qu'il se rendrait compte que, finalement, le nucléaire, ce n'est pas sans danger et que peut-être c'est une roulette russe à laquelle il vaut mieux ne pas jouer.)

Qqs infos suppl, tirées de http://www.rtbf.be/info/regions/detail_de-l-eau-s-echappe-de-la-piscine-de-desactivation-de-tihange-1?id=7803650

En couleur: mes commentaires

... Cette fuite, qui dure depuis des années, pose tout de même des questions alors qu'il est question de prolonger l'avenir des centrales, et pas seulement sur la non-communication de l'information vers l'extérieur.

L'agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) relevait déjà en 2006 que cette fuite, d'un débit extrêmement faible, n'était pas récente, et que l'eau "légèrement radioactive" était traitée sur le site de Tihange comme les autres effluents liquides. L'agence précisait qu'Electrabel poursuivait ses investigations pour la localiser, mais six ans plus tard, on en est toujours au même point, selon La Libre. Autrement dit, la fuite existait déjà en 2006 (et depuis un certain temps) et Electrabel n'est toujours pas capable de situer où elle se trouve.

"Le problème est géré et il n'y a aucune pollution extérieure", assure l'AFCN. C'est ce qu'on disait pour l'amiante. Ou pour le tabac. Ou pour le bisphénol...En moyenne, deux litres ont été récupérés quotidiennement en 2011. L'AFCN juge que ce risque n'est pas inacceptable tant qu'il est géré, même dans la perspective de la prolongation du réacteur 1 de Tihange jusqu'en 2025. Un expert en questions d'étanchéité estime en revanche qu'il faut remplacer la cuve. Evidemment, pour l'AFCN, ce qui serait inacceptable, c'est qu'on stoppe la manne financière que représente le nucléaire pour les entreprises impliquées. La santé des personnes, ce n'est qu'un détails?

..."Cela date de plusieurs années. Ce que l’on nous a dit, c’est que cette fuite était très, très difficile à localiser. On pense qu’il s’agit d’une soudure qui serait légèrement perméable." De là, à y voir un signe de vieillissement accéléré ? "Non, pas spécialement. Des microfissures, cela arrive." Oui, cela arrive. Cela arrive également que des microfissures s'élargissent. Mais tant pis. On ne parle que d'eau légèrement radioactive... Au Japon non plus, il n'y avait pas de danger. Depuis il y a eu un tsunami. Depuis plusieurs réacteurs nucléaires ont fondu. Mais ce n'est pas grave, c'est juste un risque acceptable.

Dormez tranquille, tout va bien. Et puis, il y a le tour de France, les jeux olympiques... des choses tellement plus importantes...


Pour ceux qui n'ont pas envie de dormir, laisser faire, etc. plus d'infos notamment sur http://www.lalibre.be/societe/planete/article/749264/tihange-l-inquietante-fuite-radioactive.html mais aussi sur les sites des associations environnementales et citoyennes (GRAPPE, amis de la terre...)

12:18 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/07/2012

L'égalité commence à l'école maternelle !

Enfin, c'est vrai en Suède, dans certaines écoles, ce n'est malheureusement pas (du tout) le cas dans les écoles que je connais.

 

Article intéressant sur : http://www.sweden.se/fr/Accueil/Education/A-lire/Legalite-commence-a-la-maternelle/

22:00 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/06/2012

Le sport, ça suffit!

C'est un bon titre, non?

 

La suite sur : http://www.reporterre.net/spip.php?article3022

 

(je parlais justement des limites de la planète à une cinquantaine d'enfants ce matin...

00:01 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/04/2012

50 ans de la politique agricole commune. Un bien, un mal?

Outre ce qui est dit dans les médias traditionnels, il y a aussi...

 

http://www.50ansdepac.eu/

 

pour se créer son  propre avis?

12:07 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/04/2012

06 AVRIL 15H - Osons l'Austérité... (manif)

15:00 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/04/2012

Pour que la coopération universitaire au développement se poursuive (pétition)

Parmi les mesures d'économie décidées, le 11 mars 2012, par le Gouvernement fédéral belge, figure la fin du financement par l'Etat fédéral de la coopération avec les universités des pays en développement et le transfert de la charge vers les Communautés au titre de « compétence usurpée ».

Cette décision est lourde de conséquences car il est très probable que la Communauté Wallonie-Bruxelles n’aura pas les moyens financiers d’assumer cette charge. Il ne fait pourtant aucun doute que les activités de coopération universitaires au développement constituent une contribution majeure au développement des pays du Sud !

Depuis de nombreuses années, nos universités se sont impliquées sans compter dans de multiples activités de recherche et de formation qui, menées en étroite collaboration avec les universités du Sud, ont permis de renforcer celles-ci en tant que moteurs du développement de leurs pays. 

Nos chercheurs mais aussi nos étudiants ont multiplié les projets de développement avec nos partenaires du Sud. Leurs actions ont débouché sur des réalisations aux conséquences très positives pour les populations des pays en développement dans des domaines aussi variés que la santé, la formation,  les changements climatiques et environnementaux, les progrès de la démocratie…

Un arrêt brutal du financement de ces activités serait catastrophique pour nombre de nos universités partenaires. De multiples projets de recherche et de formation qui contribuaient à partager le savoir des chercheurs du Nord et du Sud devraient être immédiatement arrêtés.

C’est dans ce contexte qu’une série de collègues, sensibles aux problématiques de coopération au développement, ont choisi de lancer un cri d’alarme en diffusant une pétition sur laquelle nous aimerions attirer votre attention.

Cette pétition, accessible sur le site http://www.lapetition.be/en-ligne/NON-a-un-abandon-de-la-... s'adresse tant aux autorités fédérales que communautaires pour leur demander simplement de garantir:
-  le maintien des moyens financiers actuels afin de permettre la poursuite des actions de coopération universitaire;
-  en cas de transfert de cette compétence, la pétition réclame une transition concertée, efficace, participative et mûrement réfléchie dans le respect de toutes les parties concernées.

Nous vous remercions de votre attention.

Bertrand Losson                Bernard Rentier       
Président de la CUD            Recteur

14:08 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/03/2012

Agir pour une mobilité plus douce à Bruxelles, c'est possible.

Il est, évidemment, possible de s'impliquer directement en choisissant d'être piéton ou cycliste au quotidien, mais parfois, on n'ose pas parce que les infrastructures routières ne sont guère sécurisantes lorsqu'on n'est pas barricadé dans une carrosserie.

Aujourd'hui, il est possible (et sans doute souhaitable) de s'impliquer pour une mobilité plus douce sans avoir l'impression de mettre sa peau et ses os en danger...

Que tu sois cycliste ou pas, si tu penses que la mobilité, c'est pouvoir partager l'espace public, si tu penses qu'un vélo, ça prend moins de place, fait moins de bruit et est plus agréable qu'une auto...

Des bandes de circulation pour cyclistes doivent enfin être dessinées sur les Boulevards du centre. Mais il semble que les réactions des automobilistes risquent de faire reculer la ville de BXL... Alors manifestons notre soutien abondamment !!
Voir ici : http://www.gracq.be/AGIR/001Reagissez-BoulevardsBruxelles

Je compte sur toi pour manifester ton soutien aux politiques qui ont enfin décidé d'agir pour une mobilité plus durable, plus douce, plus respectueuse de l'être humain, de la vie en ville...

16:40 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/03/2012

Fraternité ?

Hier soir, je parlais de fraternité avec Madame Clémentine lui disant que je ne voyais pas vraiment le sens de cette valeur qui me semble être reprise déjà dans "solidarité" ou dans "respect".

J'ai bien aimé sa manière de me l'expliquer: on est tous "frères", c'est-à-dire que peu importe que la personne me ressemble ou pas, c'est un être humain et parce que c'est un être humain, je souhaite qu'il soit respecté. Une façon de sortir du "eux" et "nous" qui revient si souvent à dire "eux contre nous" ou "nous sans eux"...

Une façon de ne pas se limiter à ceux qui nous ressemblent lorsqu'on pense au respect dû... à tout être humain, qu'il pense comme moi ou pas, que ce soit un homme ou une femme, un compatriote ou un étranger...


Ce matin, en allumant la radio, j'ai appris qu'un homme était mort asphyxié par le feu qu'un autre homme avait allumé dans le bâtiment où il se trouvait (avec d'autres personnes). A la radio, bien sûr, on a trouvé utile de signaler la religion des deux protagonistes. Dans d'autres faits divers (quel affreux euphémisme), on n'oublie pas de signaler la nationalité ou l'origine du fauteur de troubles.

A la salle des professeurs, j'ai entendu des phrases telles que "s'ils veulent se battre entre eux, qu'ils le fassent chez eux" comme si cela ne concernait pas tout le monde, y compris ceux qui ne partagent pas les croyances des protagonistes.


Finalement, la fraternité, je crois que je vais continuer à l'enseigner!


 

 

 

16:56 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/03/2012

le Chef de la Tribu des Kayapo, un Guerrier qui protège la Vie

grand chef.jpeg

J'ai beaucoup plus de respect pour un Guerrier qui protège la Vie -pour nous, pour nos enfants, nos petits-enfants et pour les générations futures- que pour une civilisation superficielle et ses intérêts personnels !

Pendant que les magazines et les chaînes de télévision parlent de la vie des célébrités, le Chef de la Tribu des Kayapo a reçu la pire nouvelle de sa vie : Dilma, la présidente du Brésil, a donné son approbation pour la construction d'une énorme centrale hydroélectrique (la 3ème plus grandes au monde).

C'est la sentence de mort pour tous les peuples vivant prêt du fleuve, car le barrage inondera environ 400 000 hectares de forêt. Plus de 40 000 Indiens devront trouver de nouveaux endroits où vivre. La destruction de l'habitat naturel, la déforestation et la disparition de plusieurs espèces sont des faits !

Ce qui me retourne l'estomac, me fait honte de faire partie de cette culture occidentale, est la réaction du Chef de Tribu des Kayapo lorsqu'il apprend la décision -son geste d'impuissance devant l'avance du progrès du capitalisme, une civilisation moderne qui n'a aucun respect pour les cultures différentes de la leur...

Mais nous savons qu'une image vaut mille mots, et montre le véritable prix à payer pour la "qualité de vie" de nos bourgeois.

Lien du site officiel Raoni se bat: http://raoni.fr/signature-petition-1.php

Habituellement, lorsqu'il se passe des monstruosités dans le monde, Avaaz m'envoie une demande de signature pour une pétition. Mais là, rien. Vous me direz qu'il ne s'agit que de 40 000 indiens… Evidemment, à côté de millions de personnes, ce n'est rien. Et pourtant ! Ces indiens sont les derniers de civilisations anciennes, leur mode de vie diffère profondément des nôtres et sont ancrés dans des valeurs que nous méprisons parfois, nous qui sommes si fiers de produire, fiers d'avoir de l'argent, fiers de progrès dont on se demande si nous avons vraiment raison d'en tirer un orgueil quelconque. Eux vivent encore simplement, ne connaissent pas les smart phones ou autre gadget indispensable mais leur vie est harmonieuse, dans une nature jusque-là préservée. Et au nom de quoi va-t-on leur enlever cela, les obligeant à partir, changer radicalement de mode de vie ?

Est-ce à dire qu'il n'y a plus dans notre monde de place pour ceux qui vivent différemment, que tout doit être aplani, que chacun, au nom de la mondialisation, doit perdre son identité, sa façon de vivre???


15:10 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/03/2012

Fukushima, un an après

La situation nucléaire n'est toujours pas sous contrôle... En pleurs

Mais il aura surtout été question du tsunami et du tremblement de terre (dans les médias). Les médias sont-ils muselés? Bouche cousue

Un site (non financé par le nucléaire) pour parler du nucléaire: "www.sortiedunucleaire.be"

21:32 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/03/2012

Crise financière en Europe ? Relancer l'économie via la guerre???

"A l'heure où la crise économique frappe durement l'Europe, engageant toujours plus loin sur le chemin de l'austérité les peuples d'Europe, l'O.T.A.N., elle, investit...dans la guerre : les stations de Gooik et celle de Vérone (Italie) bénéficieront d'une modernisation pour un montant commun de 37,2 millions d'euros. Les activistes qui ont investi aujourd'hui le site militaire s'indignent haut et fort de cette décision : ils exigent l'austérité sur la guerre et ils la veulent maintenant !"

 

Voir plus sur http://bxl.indymedia.org/articles/3885

17:53 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/02/2012

Des actes civiques à l'école

Les sociétés de transports en commun réalisent régulièrement des affiches pour rappeler des petis gestes civiques qui rendent la vie en commun plus belle, plus agréable.

 

Voilà ce que cela donne lorsque les moraliens de 4ème année de l'école 17 de Schaerbeek créent des affiches pour rappeler des comportements civiques à l'école :

(affiches réalisées par Lola, Manon, Arno et Emilie)

dscn3244.jpg

dscn3245.jpg

 

dscn3246.jpg

dscn3247.jpg

Pas mal, n'est-ce pas?

08:31 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/02/2012

Les toilettes : un tabou à l'école?

Quelques extraits tirés de http://www.enseignons.be/actualites/2010/08/14/toilettes-...

 

Saleté, manque d’intimité, refus de l’enseignant : aller aux toilettes est très souvent un problème pour les élèves. Une recherche sur le sujet veut ouvrir, enfin, le débat.

... la question des besoins corporels et des toilettes à l’école se révèle très souvent problématique.

 ...

Le corps est un sujet tabou

Malgré l’évidence du problème, le thème n’est pas abordé dans les murs de l’école. « Le corps est encore un sujet tabou. On le voit partout, dans les discours, dans la pub mais ce n’est pas le corps de la réalité, il est désincarné, idéalisé, sans le moindre poil. Toute animalité a été gommée. En réalité, le corps a été refoulé. On n’en parle pas dans la salle des profs. Par contre, les enfants en parlent souvent dans les conseils de classe, pour se plaindre. Mais rien ne change....

...

« Le respect du corps, cela fait quand même partie des droits de l’homme. » Il est ici question d’hygiène, mais aussi de bien-être en classe, de concentration, ...

...

Des pistes pour s’en sortir

Face à ce tableau pour le moins sombre, Sophie Liebman suggère quelques idées afin de mieux gérer la question des toilettes à l’école.

1° Prévoir une toilette par classe, attenante au local. « Pour 25 enfants, ce ne serait pas un grand luxe. »

2° Concevoir des toilettes plus privatives.

3° Penser l’accès aux toilettes avec les enfants. « Parce qu’ils sont parfois tellement pris par leurs jeux à la récréation, ils ne ressentent pas le besoin d’y aller avant de rentrer en classe. Mais là, l’enseignant répondra « Ben non, fallait y penser avant ! ». Il y a aussi les enfants qui ne veulent pas aller aux toilettes en même temps que d’autres, par manque d’intimité. Ils ont besoin d’y aller tout seul, en dehors des récrés. » Chaque école devrait pouvoir réfléchir à la question, instaurer un dialogue avec les enfants.

4° Créer des règles collectives, valables pour toute la classe. Par exemple, permettre de sortir de la classe à certains moments, pourquoi pas en plaçant un feu vert au tableau, qui passerait au rouge quand on explique quelque chose d’important.

21:54 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/02/2012

Si c'est exact, c'est TRES grave.

Eurogendfor, la force de gendarmerie européenne, s’apprête à intervenir en Grèce !

voir plus d'infos sur : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article19145

 

Je suis malheureusement incapable de recouper l'information. mais si c'est exact, c'en est fini de la démocratie.

Restons vigilant. Si quelqu'intervention militaire se passe en Grèce pour contenir les manifestants, il est utile que chacun et chacune, partout en Europe, sorte dans la rue pour dire "NON".

12:44 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/02/2012

La dernière goutte de pétrole...

Pas très glamour pour la Saint-Valentin, mais peut-être tout à fait d'actualité en ce jour où l'on va vous pousser à  consommer encore et encore pour montrer vos sentiments à l'être aimé.
 
Pas mal d'articles pertinents à lire dans le dernier Bruxelles en mouvements, le mensuel d'Inter-Environnement Bruxelles, "Pétrole, après la dernière goutte…"
 
 
Bonne lecture.
 
Et comme certains disent: faites l'amour, pas les magasins

09:00 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/02/2012

ULB, place des Martyrs (extraits)

Quelques extraits tirés du blog de François De Smet. Pour l'article dans son entièreté, rendez-vous sur: http://francoisdesmet.wordpress.com/2012/02/12/ulb-place-des-martyrs/

... oui, ce qui s’est produit est tragique... parce c’est l’intelligence qui a cédé devant la colère et la médiocrité d’une pensée paranoïaque de repli. ...

...

... J’ai vu une quarantaine de personnes parvenir à mettre en échec une Université par un simple chahut planifié. J’ai vu une organisation universitaire, bien que prévenue, se trouver désarçonnée et dépassée. J’ai vu un public, dans lequel je me range, ne parvenant pas à trouver la juste réaction. Et pire que tout, j’ai assisté au triomphe de la force brute sur le débat démocratique. Il faut avoir été là pour le comprendre et en saisir le frisson : il y avait dans ces cris sans fond quelque chose de l’appel de la meute, de la foule aveugle, celle qui cristallise sa colère et sa frustration vers une cible qu’on lui  désigne. C’est cela qui fait froid dans le dos.

...

... la polarisation que l’on nous sert entre fondamentalistes musulmans et défenseurs de la liberté d’expression est un raccourci tronqué.

... j’ai eu fortement l’impression qu’il n’y avait pas de fond du tout, juste de la colère et de la frustration organisée, alimentée par des « soldats » recrutés par la carence d’une identité en perpétuelle recherche et en colère contre une société qui ne leur donne pas de place. C’est pour ça que le débat ne pouvait que s’interrompre, et non se poursuivre avec les agitateurs. ... en leur demandant leurs arguments, alors qu’ils n’en avaient aucun à offrir.

...

Il convient naturellement de distinguer deux choses : les discriminations basées sur l’identité religieuse ou philosophique d’une part, et le droit au blasphème, verrou de notre liberté de penser d’autre part. ... Le droit au blasphème, à la critique légitime d’une religion, doit être non seulement garanti mais protégé. La question de la critique du culte musulman, comme celle de tous les autres cultes et mouvement de pensées, ne relève pas du racisme. Il est vital de pouvoir continuer à critiquer toute religion et tout courant de pensée, librement, sans avoir à se faire taxer d’une forme larvée de racisme ou d’une autre. Le débat sur cette question semble être une querelle d’étiquette ; si on admet qu’il puisse exister une discrimination sur base de l’appartenance religieuse, tel l’islam par exemple, qui se distingue de la critique – voire de l’insulte – à l’islam lui-même, un gros progrès de compréhension mutuelle aura été accompli. Parler d’ « islamophobie » ou de « musulmanophobie », est une question de contenant, non de contenu.

... 

ce n’est pas parce que des musulmans sont effectivement discriminés en raison de leur religion (ex : un employeur qui refuse d’employer un musulman simplement parce que musulman) qu’il est légitime que tous les particularismes d’une religion s’imposent dans l’espace public. Aucune liberté, absolument aucune, n’est absolue en démocratie ; c’est même la définition de la démocratie libérale que celle de la coexistence des libertés, donc de leur auto-limitation. Il peut être légitime de restreindre les droits d’expression et de culte des individus en raison d’un principe supérieur – l’ordre public, la sécurité, la cohésion sociale. En clair, et sans trop s’étendre là-dessus ici : on peut interdire un foulard ou une burqa quelque part sans être raciste ou islamophobe. ...

... En d’autres termes, si tout ce qui est laïc est suspect d’être anti-religieux, on n’est pas sortis de l’auberge car tout ce qui représente notre modernité pourra être vu comme suspect d’une manière ou l’autre. Le problème est que ce carrousel identitaire renforce les craintes de part et d’autre ... C’est toujours la même recette, celle qui vous fait exister par le truchement d’un ennemi qui veut vous annihiler ou vous assimiler. Et elle ne peut s’arrêter que si les acteurs décident par eux-mêmes de s’élever au-dessus de ce jeu de rôle par lequel ils trouvent du sens à leur vie, en se rêvant non les porte-drapeaux d’un combat mais bien les rassembleurs du bien commun.

... Le repli paranoïaque est hermétique à l’idée qu’un vivre-ensemble laïc puisse être non-agressif vis-à-vis du religieux – car il lui faut un ennemi, toujours. Et donc il est essentiel de délégitimer son adversaire, de montrer qu’il (elle en l’occurence) est à la solde d’intérêts particuliers. Cette conception ne peut donc accepter le jeu du débat contradictoire, et se retrouve forcée d’utiliser le rapport de force. ...

...

16:12 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/02/2012

Burqa blabla ou le jeu avec nos libertés.

Quelques extraits tirés de

http://blog.marcelsel.com/archive/2012/02/09/burqa-blabla...

Caroline Fourest ... a réussi, en une émission, à me donner à voir qui était vraiment Tariq Ramadan... un prédicateur. Un de ces hommes prétendument réformistes qui empêchent, justement, les vrais réformistes (...) de faire leur travail. Un travail auquel ils aspirent, un travail indispensable pour nous tous, que nous soyons croyants ou non, musulmans ou non. Ramadan est un homme qui appelle à un «moratoire technique» sur les punitions physiques, et notamment, sur la lapidation. Caroline Fourest rappelle que la fin de cette méthode barbare était déjà évoquée du temps de Mahommet, par le Prophète lui-même. ...

...Souhail Chichah, chercheur à l’ULB qui a organisé la «manifestation» de ce début de semaine, montre ce qu’il est réellement : un fasciste. ... au sens large. Celui qui couvre toute censure, toute manipulation propagandiste, ... Plutôt que d’entrer dans le débat ... il n’a trouvé que deux mots à scander et à faire scander par ses disciples : «burqa blabla». Une intervention honteuse à plusieurs égards. Tout d’abord, parce que cette scansion sur la burqa réduit Caroline Fourest à ses considérations sur l’islam fondamentaliste, alors qu’elle était venue parler de l’extrême droite.... Ensuite, parce que la seule raison de l’intervention de ces islamistes de pacotille était l’opposition de Fourest à Tariq Ramadan. Où l’on voit d’ailleurs à quel point elle a raison de fustiger l’influence du prédicateur sur les masses. Sans avoir rien dit, sans avoir rien ordonné, Ramadan a obtenu la censure de Caroline Fourest dans une université libre, qui a toujours imposé le libre examen comme principe fondamental ..

De plus, le ton naïf, de bac à sable, du slogan «burqa blabla» décrédibilisait, et les éminents intervenants présents, et le sujet (l’extrême droite est-elle devenue fréquentable), et l’auditoire, et l’université elle-même. Là ne s’arrête pas la honte. L’idée même de perturber un débat parfaitement ouvert et pacifique par une action officiellement «ludique» mais effectivement d’une violence (non-physique) obscurantiste ne peut être née dans le cerveau d’un démocrate, d’un libertaire, d’un libéral, mais bien dans celui d’un extrémiste, d’un obscurantiste, d’un égotiste qui prétend imposer ses idées par la violence (non physique), plutôt que par l’argumentation. C’est la fin de l’universalité, c’est la fin de l’université. C’est la fin de la liberté. Et que le personnage en question soit lui-même un membre de l’académie est tout simplement hallucinant.
 
Ces actions «ludiques», je les connais bien. Elles ne diffèrent en aucune façon de celles, par exemple, du TAK ou du Voorpost. Ce sont les mêmes. Elles n’ont pour but que d’interdire l’accès à la parole à l’autre, à celui qui pense différemment. Et elles sont d’une hypocrisie révoltante, dès lors que tout en censurant une activité publique, elles se prétendent «sympathique». La censure n’est jamais sympathique, jamais !
 
Mais le pire n’est pas tant la censure en elle-même. Le pire dans cette histoire, c’est qu’immédiatement, les islamophobes de tous poils se sont emparés de l’événement qui, de leur point de vue, démontre que, oui, l’islam, c’est une belle saloperie dont il faut se séparer fissa. Et que les populistes soft, eux aussi, se sont précipités sur le burqa blabla, sur l’université trop tolérante, sur la gauche trop multiculturelle, et sur la «bien-pensance», ce nouveau terme cryptopopuliste qui ne sert qu’à décrédibiliser d’avance toute présentation nuancée du «problème». Souhail Chichah leur donne raison. Et cela n’a rien d’étonnant : ces deux extrémismes ont besoin l’un de l’autre pour s’alimenter. Tous deux ont besoin d’un ennemi extérieur: l’islamisme se nourrit d’une extrême droite qui le menace de mort, l’extrême droite s’alimente d’un islamisme le plus obscurantiste possible qui l’abreuve «d’arguments» pour sa propagande islamophobe, occultant le fait que la plupart des musulmans, pas seulement en Europe, ne se reconnaissent pas dans la sharia et ne voudraient pour rien au monde qu’elle soit instituée en Europe - du moins pas la sharia dans sa version frères musulmans. 
 
À ce sujet, France 2 diffusait cette semaine un reportage formidable sur les ultra-islamistes en Tunisie. Ceux qui se réclament de Ben Laden, qui perturbent avec les mêmes méthodes que la bande à Chichah les examens dans les universités tunisiennes : en occupant les lieux, en prenant un pouvoir de force, sous un prétexte «ludique». Eh bien, figurez-vous que ces frères ultra-islamistes, ils sont à peine quelques centaines dans toute la Tunisie. Et les étudiants et profs tunisiens, tous musulmans, sont atterrés. Tout simplement atterrés. Comme vous et moi aujourd’hui. En Tunisie, le niqab (burqa noire) est interdit sur les campus. Alors, non, ce n’est pas l’islam qui est obscurantiste, ce ne sont pas les musulmans, ce sont des gens comme Souhail Chichah et ses semblables qui empêchent le dialogue, qui portent violemment atteinte à la liberté d’expression, et eux seuls. 
 
Alors, je renvoie tous ces extrémistes dos à dos. Qu’on nous en débarrasse. Qu’on considère enfin les «actions ludiques» pour ce qu’elles sont : des violences déguisées, hypocrites, mais des violences véritables. Et qu’on agisse. Qu’on n’ait pas peur de faire des «martyrs». Ils trouveront toujours bien une raison de se poser en martyrs. Il y a un moment où il faut ouvrir les yeux, il y a un moment où il faut savoir se défendre. Donner la parole à l’agresseur était une jolie manière de montrer qui il était, et à quel point l’action était malhonnête, mais ça n’a pas permis la poursuite du débat ! Alors, dans un tel cas, il existe un moyen de régler la question. Il n’a rien d’asocial, au contraire. Il est là pour maintenir le droit à la liberté d’expression. Empêcher les autres de s’exprimer est exactement le contraire de la liberté d’expression, c’est la censure, c’est le fascisme. Ce moyen, tout le monde le connaît. Tout le monde l’utilise quand il est en danger. Quand ce sont nos valeurs fondamentales qui sont en danger, il ne faut pas hésiter une seconde. Ce moyen s’appelle la police. Pas pour permettre à quelques intervenants de s’exprimer. Pas pour maintenir l’ordre. Mais pour préserver les plus fondamentales de nos libertés. C’est le rôle des forces de l’ordre de régler ce genre d’attentat. Qu’il s’agisse des amis du Tak ou de ceux de Tariq. Ce sont tout simplement les mêmes.

 

17:08 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/02/2012

Une couverture en laine c'est bien, une couverture sociale c'est mieux

 

Une couverture en laine c'est bien, une couverture sociale c'est mieux

Par Irène Kaufer :: 07/02/2012 à 13:08
 

17:22 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/02/2012

Une vieille dame fragile et vacillante?

Je relaieun mail d'une collègue du secondaire.

"Je me doute que vous êtes déjà au courant Mais j'avais envie de partager ma tristesse,mon découragement et mon indignation face à ce qui s'est déroulé hier soir au sein même de ce que je pensais -naïvement- être l'un des derniers bastions de la liberté d'expression et du libre-examen.

Il semblerait plutôt que l'ULB ne soit plus qu'une très vieille dame fragile et vacillante que nous n'avons pas voulu voir vieillir,supposant bêtement qu'elle était inébranlable .
Ma tristesse est d'autant plus grande quand je lis Caroline Fourest qui déclare"qu'au Yémen,elle ne rencontre pas de tels problèmes" et qu'elle ne reviendra plus à l'ULB.
Il serait peut-être temps de réagir mais une voix intérieure me dit qu'il est sans doute déjà trop tard...
Alors,n'étant ni une adepte de Face de Bouc ou de Twitter,je me permets de vous transférer ce mail,espérant que vous le transmettrez à votre tour. Peut-être l'un d'entre vous trouvera une réponse à cette question:que sont devenues nos valeurs de liberté,d'humanisme et de respect de l'autre?
 Ce mercredi 8 février,j'ai beau chercher, je ne les trouve plus....
                                                                                       S. Schoetens,enseignante"

Article de la DH à ce sujet (08/02/2012): Extrême-droite: Caroline Fourest n'a pu s'exprimer à l'ULB

L'instigateur du chaos serait Souhail Chichah, lui-même assistant à l’ULB, qui aurait appelé à la "lapidation" de Caroline Fourest sur son compte Facebook
BRUXELLES L'Université Libre de Bruxelles organisait hier soir, dans le cadre des cycles de conférence 'Cultures d'Europe", une rencontre-débat intitulée "L'extrême droite est-elle devenue fréquentable?".
En présence de Caroline Fourest, auteur du récent "Marine Le Pen" (avec la politologue et essayiste Fiametta Venner) et Hervé Hasquin, Secrétaire perpétuel de l'Académie royale de Belgique, le débat était animé par le philosophe Guy Haarscher.
Mais la rencontre a été perturbée par un groupe d'intégristes musulmans. Le ton est monté dans l'hémicycle. L'essayiste française a été taxée d'"islamophobie" et n'a finalement pas pu débattre. "Vous portez fondamentalement atteinte aux valeurs de la maison"" s'est indigné Guy Haarscher. La conférence a été annulée après plusieurs minutes de chahut et Caroline Fourest évacuée par les services de sécurité. L'ULB se dit "consternée et scandalisée" par ce qu'elle qualifie d'"attentat contre la liberté d’expression".
L'instigateur du chaos serait Souhail Chichah, lui-même assistant à l’ULB, qui aurait, il y a quelques jours, appelé à la "lapidation" de Caroline Fourest sur son compte Facebook. "J'ai toujours considéré qu'il avait une burqa dans la tête, bravo pour votre coming-out" lui a asséné Guy Haarsher.
"Des débats sur ces sujets là j'en ai partout dans le monde, au Yémen, ... et il n'y a qu'en Belgique et qu'à l'ULB que je suis confrontée à ces réactions" a déclaré Caroline Fourest.



16:43 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |