13/03/2012

Fraternité ?

Hier soir, je parlais de fraternité avec Madame Clémentine lui disant que je ne voyais pas vraiment le sens de cette valeur qui me semble être reprise déjà dans "solidarité" ou dans "respect".

J'ai bien aimé sa manière de me l'expliquer: on est tous "frères", c'est-à-dire que peu importe que la personne me ressemble ou pas, c'est un être humain et parce que c'est un être humain, je souhaite qu'il soit respecté. Une façon de sortir du "eux" et "nous" qui revient si souvent à dire "eux contre nous" ou "nous sans eux"...

Une façon de ne pas se limiter à ceux qui nous ressemblent lorsqu'on pense au respect dû... à tout être humain, qu'il pense comme moi ou pas, que ce soit un homme ou une femme, un compatriote ou un étranger...


Ce matin, en allumant la radio, j'ai appris qu'un homme était mort asphyxié par le feu qu'un autre homme avait allumé dans le bâtiment où il se trouvait (avec d'autres personnes). A la radio, bien sûr, on a trouvé utile de signaler la religion des deux protagonistes. Dans d'autres faits divers (quel affreux euphémisme), on n'oublie pas de signaler la nationalité ou l'origine du fauteur de troubles.

A la salle des professeurs, j'ai entendu des phrases telles que "s'ils veulent se battre entre eux, qu'ils le fassent chez eux" comme si cela ne concernait pas tout le monde, y compris ceux qui ne partagent pas les croyances des protagonistes.


Finalement, la fraternité, je crois que je vais continuer à l'enseigner!


 

 

 

16:56 Écrit par les moraliens 1030 dans Madame Petit | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.